L’Enchantement des murs (2022)

Claire Gagnon dans L'enchantement des murs | direction photo : Mickael Nokovitch
court métrage | fiction
production : Kino Montréal, La boîte qui tourne

Avec Claire Gagnon, Andrei Feher
Scénario et réalisation Émilie Sigouin
Direction photo Mickael Nokovitch
Assistance à la réalisation, direction artistique Nicolas Combettes
Chef éclairagiste, conception des effets spéciaux Jonathan Asselin
Prise de son, mixage sonore Charles Castonguay
Décors Steve Breault
Montage, colorisation Jeremy Glavac
Voix off Jean-Philippe Thériault
Conseiller à la scénarisation Stéphane Turgeon
Effets spéciaux supplémentaires Bauçan
Maquillage Noëmie Massonnat, Sali Yang

à Propos du film

SYNOPSIS

Dominique, une femme sexagénaire, vit seule dans l’appartement qui était jadis le nid familial. Depuis que son conjoint est décédé il y a quelques années, le temps semble s’être arrêté pour elle et la télévision est devenue la trame sonore de son quotidien. Dominique tente régulièrement d’appeler son fils, mais elle tombe constamment sur sa boîte vocale…

Alors qu’elle passe la balayeuse chez elle, elle fait la découverte d’un trou mystérieux dans le mur de son salon. Faute de matériaux, elle le laisse tel quel pour le moment. La nuit venue, une musique orchestrale se fait soudainement entendre dans les murs de son logement. Alors que Dominique recherche la source d’une telle musique, elle remarque qu’elle provient du trou dans son salon. Elle regarde à l’intérieur et y découvre… un chef d’orchestre dans un ciel étoilé.

Dominique réagit bien mal face à l’étrangeté de la situation et cette nouvelle trame sonore imposée. Mais le chef d’orchestre est tenace et tente de lui apprendre, par la musique, à reconnecter avec elle-même et à apprivoiser la solitude.

Andrei Feher dans L’enchantement des murs | direction photo : Mickael Nokovitch

Démarche artistique

L’enchantement des murs est le tout premier court métrage de fiction d’Émilie Sigouin.

Le film est une fable moderne tragi-comique sur la solitude des aînés, la bienveillance et l’éternelle quête du bonheur.

Le concept du chef d’orchestre est inspiré du film Eraserhead (David Lynch) – où une femme vit dans le calorifère du personnage principal. Le but du court métrage est de faire côtoyer deux mondes complètement différents : le premier est un quotidien auquel le public peut aisément s’identifier, et le second est un monde tout à fait imaginaire, où tout peut arriver. Cette bascule dans le réalisme magique demeure «bon enfant», comme c’est le cas dans Amélie Poulain (Jean-Pierre Jeunet) et Big Fish (Tim Burton).

Claire Gagnon dans L’enchantement des murs | direction photo : Mickael Nokovitch

Co-producteurs & équipe technique

Émilie Sigouin et Frédéric Barbusci lors de la soirée de projection du Kino Kabaret 2021 | photo : Quentin Andrup

Le Kino Kabaret 2021

L’enchantement des murs a été créé et projeté une première fois dans le contexte du Kino Kabaret, en octobre 2021. Le film fut ensuite modifié et terminé en mars 2022. Dans sa nouvelle forme, le film n’a pas encore été publiquement diffusé.

Qu’est-ce qu’un Kino Kabaret?

Un Kino Kabaret est un événement de production spontanée, souvent intégré dans un festival de films, et durant lequel des cinéastes réalisent des films en un court laps de temps, allant de 24 heures à 2 semaines, avant de les présenter directement au public. Créé en 2001, ce concept a fait la renommée internationale du mouvement Kino et a été repris à travers le monde.

Direction générale et artistique, producteur exécutif Jarrett Mann
Adjointe à la direction Rosie Charest
Coordonateur Jonathan Tremblay

La boîte qui tourne

Co-producteur de L’enchantement des murs, La Boîte Qui Tourne est une compagnie de production vidéo fondée par Mickael Nokovitch et Jean-Maxime Giguère. Tous deux opèrent dans le milieu du cinéma et de la télévision depuis 10 ans.

Émilie Sigouin, Mickael Nokovitch et Claire Gagnon sur le plateau de L’enchantement des murs | photo : Sali Yang

LE ZOO : collectif de cinéma

Pour compléter l’équipe technique composée de membres de Kino Montréal et de La Boîte Qui Tourne, Le ZOO a prêté main-forte! Des membres de ce collectif cinématographique ont été présent tout le long du processus de création de ce film.

Le ZOO est un collectif de création cinématographique composé d’électrons libres passionnés par le 7e art.